L’AFU est partenaire de :

Archéologie des enceintes urbaines dans leur environnement: l’apport de l’étude morphologique des parcellaires.

L’AFU est partenaire de cette journée qui aura lieu le 29 novembre 2019 à Chartres dans le cadre des SARC (Séminaire d’Archéologie en Région Centre) et est organisée par Quentin Borderie, Antoine Louis (CD28), Emilie Roux (Agglo Orléans) et Thomas Lecroère (Agglo Chartres)
 
Cette journée portera sur l’apport des analyses des parcellaires dans le cadre de l’étude des enceintes urbaines de la région Centre-Val de Loire.

Châteauneuf, crédits : Antoine Louis, CD28

L’analyse morphologique des parcellaires anciens est largement pratiquée dans l’étude des relations entre les sociétés urbaines et la matérialité des espaces (Chouquer, 1997; Gauthiez, 1999). Dans la région Centre-Val de Loire ces études ont été pionnières et ont fait figure d’exemple (Galinié et Rodier, 2001; Gauthiez et al., 2003; Noizet, 2007). Pourtant, la question n’est restée que peu abordée depuis le début des années 2000. Or, la multiplication des opérations archéologiques dans les centres anciens questionne toujours ces organisations parcellaires et l’information spatiale qu’elles véhiculent, particulièrement dans le cas des enceintes urbaines et des héritages socio-environnementaux.
Qu’elles forment limites, morphogènes ou encore axes structurants, les fortifications ont un impact certain sur les trames urbaines, qui, en retour influencent leur tracé, la transmission de ces tracés et des surfaces jusqu’à aujourd’hui. Les enceintes ont, de plus, une relation particulière avec l’environnement urbain, la topographie, les cours d’eaux, les zones humides, qu’elles exploitent et modifient. Cette relation s’inscrit elle aussi dans la trame urbaine et contraint fortement la transmission des formes parcellaires.

Au cours de cette journée, l’accent sera mis sur :

  • des cas d’études ;
  • les innovations méthodologiques depuis les travaux conduits au début des années 2000 ;
  • les apports pour les recherches archéologiques, préventives notamment ;
  • l’intérêt en matière de conservation patrimoniale et de valorisation.


Appel à contribuer :
Quelques places sont encore disponibles. Si vous souhaitez proposer une contribution sur cette thématique, écrivez à Quentin Borderie (quentinborderie@yahoo.fr) en proposant un titre et 2 ou 3 points que vous voudriez aborder.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.